Je participerai à l’émission « C’est pas tous les jours dimanche » sur Rtl ce dimanche matin 16/12/2017 pour discuter de cette sortie du nucléaire belge beaucoup trop rapide, et de cette course folle aux autres promesses vertes insensées ( et non chiffrées) que l’on retrouve dans le pacte énergétique. On a même l’impression que les partis au pouvoir accentuent dans ce pacte, parfois jusqu’au vulgaire, les politiques vertes du parti écologiste. Cet état de fait est merveilleusement bien illustré par la caricature ici-bas, où la ministre de l’énergie Marie-Marie Christine Marghem, affiliée au MR, un parti traditionnellement plutôt pro-nucléaire, et le vert Jean-Marc Nollet, figure de proue de la lutte anti-nucléaire belge, se disputent un marteau leur permettant de rayer de la carte les centrales nucléaires du pays. Que l’on ne me méprenne pas. L’écologie est pour moi quelque chose d’une importance essentielle mais, pour synthétiser de bonnes politiques écologiques, il faut savoir discuter écologie avec rationalité, raison, professionnalisme et dans un débat contradictoire sain. Lorsque ce n’est pas le cas, lorsque l’on est dans la surenchère verte, des désastres ont lieu. Je rappellerai à cet égard une histoire très sombre de la politique énergétique belge, celle des certificats verts, un mécanisme du subsidiation des énergies renouvelables. C’était un système initialement correctement pensé par des verts mais dévoyé par d’autres partis voulant faire plus vert que vert. On paiera pour cette erreur encore très longtemps. Et, plus grave, on serait arrivé à des résultats beaucoup plus ambitieux en terme de transition énergétique si elle n’avait pas été faite. Politiciens: soyez rationnels, venez avec des chiffres/des analyses et ne tombez pas dans la facilité du slogan lorsque vous faites de la politique énergétique.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn